Tout est dans le titre !

1

2

3

Voici mon manteau d'hiver : un duffle coat rouge, tout beau et tout chaud, l'idéal vu les températures (de saison ...) par lesquelles nous venons de passer.

(petit aparté : voici une petite chanson humoristique sur cette météo hivernale :

Fait pas chaud ici - La chanson de Frédéric Fromet

Revenons à notre couture : ce manteau a été cousu d'après le patron "Cascade Duffle Coat" de Grainline Studio, après avoir vu le modèle de Sandra (ici).

Un manteau, ce n'est pas un article quelconque de la garde-robe. J'avoue avoir lu, relu et re-relu les commentaires et impressions de Sandra sur sa couture (d'aileurs, merci à elle !).
Après il a fallu choisir le tissu. Je voulais un manteau chaud, mais il ne fallait pas que ce duffle-coat se transforme en manteau bibendum. J'ai d'abord hésité sur des tissus de chez Ma Petite Mercerie, mais les échantillons qui m'ont été envoyés (format 3cm x 3cm) ne permettant pas d'être sûre de mon coup, je suis allée chez Ecolaines, et là, j'ai trouvé mon bonheur : un tissu en mélange de laine et de cachemire pour l'extérieur et une doublure en pure laine vierge. Trop top !

Par contre, j'ai mis 15 jours avant de découper les différentes pièces :
     1) est-ce que je fais une toile avant ?En théorie, je ne devrais pas me poser la question : la réponses raisonnable est : oui. Sauf que là, le manteau a beaucoup de pièces à découper, et faire une toile prendrait pas mal de temps.
Je me suis donc remesurée, ai mesuré d'autres manteaux que j'avais et ai vérifié à plusieurs reprises que la taille tracée était la bonne.
     2) quel est le côté endroit de mon tissu rouge ? Et oui, ce n'est pas toujours si simple de distinguer l'endroit de l'envers. Après plusieurs hésitations, il a fallu faire un choix (je ne sais toujours pas si c'est le bon côté, mais ça me plaît !)
Après, il a fallu se décider. Sauf que vue la qualité du tissu, l'investissement financier n'était pas neutre. Il ne fallait donc pas que je me loupe ... Gros coup de stress avant le 1er coup de ciseaux !

J'ai aussi mis pas mal de temps à tout bien lire le livret d'instructions : il y a plein de schémas, mais tout est en anglais :-(     Heureusement, il y a des sew-along, et aussi merci à Google translate, car malgré tout, j'ai mis du temps à traduite les instructions, et à bien tout comprendre avant de commencer quoi que ce soit.

Et un beau jour, c'est parti : coupe du tissu rouge, coupe de la doublure et premières coutures.
Heureusement, ma machine accepte les grosses épaisseurs de tissu, et j'ai un pied à double entraînement.
Parce que sinon, ça aurait été mission impossible.

Et après plusieurs heures de couture (ben oui, même en ayant tout bien préparé en amont, ce duffle coat est un sacré projet de couture qui prend du temps), je suis arrivée à bout de toutes mes pièces !
Top du top : toutes les coutures s'alignent parfaitement, même pour les surpiqûres : la classe !

8


J'ai juste triché sur les boutons Brandebourg : je les ai collés !!!

10


Pourquoi ? Parce que j'avais peur de louper la couture du cuir, et que ça fasse alors un peu crassous ...

Mon avis sur le produit fini : trop top ! Voici un manteau qui a de l'allure (doublure, capuche, fermeture, poches plaquées : il a tout d'un manteau du commerce), qui égaye un peu les journées maussades de l'hiver, et qui tient bien chaud (bravo à la fermeture qui permet de bien couper du vent).

9

4
Un seul bémol : les manches sont un peu serrées.
Sandra l'avait précisé sur son blog : j'avais donc déjà réduit les marges de coutures. Mais malgré tout, avec un pull un peu épais, je suis encore un peu à l'étroit (mais il n'y a que moi qui le sache ;-) !!!)

6